Yoko Ono 小野 洋子 × Opening Ceremony
「Fashions for Men : 1969-2012」

Posted on November 28, 2012 commentaires


La collection capsule conçue par Yoko Ono, en partenariat avec Opening Ceremony, est l'évènement fashion du moment ! 「Fashions for Men : 1969-2012」 serait inspiré de croquis réalisés par Yoko Ono pour son défunt mari, vous savez, John Lennon ! Et oui, elle fait encore fructifier son héritage... Mais toujours avec un certain talent. La ligne comprend notamment des vêtements imprimés d'un dessin de fesses — Ou de couilles ? Non ce sont des fesses ! —, de mains baladeuses, ou ajourés de manière assez... euh... coquine, car on le sait, Yoko est une coquine ! Pas super distingué, faut pas être frileux du cul, mais conceptuellement intéressant. Fashionistas, rassurez votre porte-monnaie, aucune chance de mettre la main dessus, chaque pièce étant éditée à 52 unités (!). Trop guedin !

     
Petit haut en résille, ajouré aux épaules, et rose tant qu'à faire, Butt Hoodie et pantalons avec impression main bien placée, du bon goût, on vous dit !

        
Costume ajourés stratégiquement (pas mal en fait) et pantalon-transparence-audacieuse.

        
Brassière pour homme et débardeur avec les tétons lumineux en LED, oui-oui.

     
Truc à deux sonnettes, 400$, indispensable. Et jockstrap avec LED, 200$, pratique pour la dark room.

Plus d'info :
http://www.openingceremony.us/
もっと More

TVXQ 동방신기 「Humanoids」

Posted on November 26, 2012 commentaires


Retour coréen des fameux TVXQ, ou TVXQ! (visiblement, ils on ajouté un point d'exclamation) ou DBSK ou Tohoshinki. Cet ex-quintet devenu duo est toujours aussi populaire dans toute l'Asie, je ne comprends pas vraiment pourquoi. N'est-ce pas une formule trop évidente pour les fangirls adeptes du pairing up ? Bon, j'avoue bien aimer 「Humanoids」 avec son rythme addictif, ce morceau confirmera certainement leur succès.


TVXQ 「Humanoids」 - sorti le 26 novembre 2012.

Ajoutons quelques images de leur booklet, dont j'adore le concept !

  

     

  

もっと More

Fan Popo 范坡坡 「Mama Rainbow」

Posted on November 25, 2012 commentaires

Fan Popo 「Mama Rainbow」【彩虹伴我心】- released on May, 2012.

Voici juste le trailer du dernier documentaire du réalisateur chinois gay activiste Fan Popo. Pas sûr qu'on le voit en France, mais ça a l'air très bien !

A gay kid. A fact that Chinese parents are still reluctant to accept. But those mothers are standing by our hearts firmly with their deepest affection, redefining the Chinese family love that is as beautiful as the rainbow.

Affiche par Chen Wenjie


Queer Comrades a mis en ligne la version courte du film :


Fan Popo 「Mama Rainbow」【彩虹伴我心】- posted on September 04, 2012.

For Chinese parents, finding out that their kid is gay usually presents a major tragedy, with the big majority utterly unable to accept the homosexuality of their son or daughter.
However, during recent years a fresh rainbow wind has been blowing over the Chinese mainland: a pioneer generation of Chinese parents has been stepping up and speaking out on their love for their gay kids.
This documentary features 6 mothers from all over China, who talk openly and freely about their experiences with their gay and lesbian children. With their love, they are giving a whole new definition to Chinese-style family bonds.

Director: Fan Popo
Production: Queer Comrades, PFLAG China, Beijing Gender Health Education Institute, China Queer Independent Films

ATTENTION: You can watch the short version of 「Mama Rainbow」 on this website. If you are interested in the full version of the film, please contact us at info@queercomrades.com

同性恋孩子,对于中国的父母来说是否一定是难以承受之重?
纪录片《彩虹伴我心》拍摄了来自中国大江南北的六位妈妈,她们讲述与同性恋孩子一路行来的故事,她们的爱化作一道彩虹,驱散风雨,迎来晴空。
从她们身上,我们重新认识了中国式亲情可以具有如何强大的能量。

导演:范坡坡
出品:同性恋亲友会 / 同志亦凡人 / 中国酷儿独立影像小组 / 纪安德

注意:您这里可以看到 "彩虹伴我心" 的剪辑版。如果您想了解电影完整版的话,请写电子邮件到 info@queercomrades.com

もっと More

Ai Weiwei 艾未未 「Caonima Style」
Anish Kapoor and Friends 「Gangnam for Freedom」

Posted on November 22, 2012 commentaires


Anish Kapoor, le célèbre artiste britannique d'origine indienne, se met aussi au 「Gangnam Style」 et invite plusieurs amis du monde de l'art à se joindre à lui ! Une vidéo un peu ridicule entre flashmob et lipdub, mais aussi un message de soutien à Ai Weiwei. La vidéo a été réalisée en collaboration avec Amnesty International pour soutenir plus largement la liberté d’expression en Chine. Anish Kapoor estime que ce biais lui permet d'avoir une réelle voix sur le plan politique. Il faut dire que la parodie fait suite à celle d'Ai Weiwei : 「Caonima Style」. « Caonima » signifie cheval d'herbe et de boue, mais transcrits phonétiquement ça fait « nique ta mère ». Bref, tout aussi critique et très rapidement censurée en Chine. Ah quand la K-pop devient politique !


Anish Kapoor and Friends 「Gangnam for Freedom」 - publié en novembre 2012.


Ai Weiwei 「Caonima Style」【草泥马 Style】- publié le 24 octobre 2012.
もっと More

Girls' Generation 소녀시대 「FLOWER POWER」

Posted on November 21, 2012 commentaires

Girls' Generation 「FLOWER POWER」 - from『GIRLS' GENERATION Ⅱ 〜Girls & Peace〜』released on November 21, 2012.

Le Japon doit être un marché vraiment rentable pour les SNSD, qui sortent un nouveau single japonais, 「FLOWER POWER」 donc, et annonce un nouvel album,『GIRLS' GENERATION Ⅱ 〜Girls & Peace〜』.
La chanson est relativement efficace, mais finalement assez quelconque à la longue. Pour le clip, rien d'original, sur une chorégraphie pas des plus éblouissante, les filles enfilent des tenues de motardes sexy ou d'hôtesses de l'air cochonnes. C'est super cheap, vivement leur retour coréen !

Mise à jour : Après plusieurs écoutes, j'avoue que j'adore le morceau ! Efficace et dansant. Et même, j'adore la choré hésitante ! Mea culpa !



もっと More

Tristesse Contemporaine 「Daytime Nighttime」

Posted on November 19, 2012 commentaires

Tristesse Contemporaine 「Daytime Nighttime」 - from『Tristesse Contemporaine』released on November 19, 2012.

Directed and edited by Maik and Diane Sagnier

Narumi Hérisson, Leo Hellden & Malik

もっと More

Tristesse Contemporaine 「In The Wake」

commentaires

Tristesse Contemporaine 「In The Wake」 - from『Tristesse Contemporaine』released on November 19, 2012.

Directed and edited by Maik and Diane Sagnier

Narumi Hérisson, Malik & Leo Hellden

もっと More

AZN

Posted on November 16, 2012 commentaires

Retour de l'AZN le vendredi 16 novembre 2012, toujours au Toro, avec des CD de SHINee et TaeTiSeo à gagner.
Le mois dernier, la soirée s'est visiblement bien déroulé. On a failli la louper vu que ça se passe désormais le vendredi et plus le samedi ! L'ambiance, sans être hystérique, était bonne. Beaucoup de K-pop, on adore toujours. Le lieu est un peu petit et bizarrement foutu, mais bien plus adéquat au ton convivial des soirée AZN.

もっと More

Elektra Kotsoni 「Les gays vietnamiens sont toujours aussi amoureux」

Posted on November 15, 2012 commentaires

Il y a trois mois, une centaine d'homosexuel(le)s a traversé Hanoi à vélo, créant une sorte de gay pride vietnamienne, la première que la capitale ait connu. Personne n'a été très étonné, du moins chez nous, depuis notre petit cocon occidental. Ce qui a fait sensation, c'est qu'un jour après la parade, des rumeurs ont commencé à circuler : le gouvernement vietnamien serait en train de considérer la possibilité de légaliser le mariage gay. Considérant que le Vietnam est sous un régime communiste, c'est une information qui mérite de faire la Une.

C'est pourquoi j'ai pris contact avec la photographe Maika Elan, qui a passé un an à prendre des clichés dans l’intimité de couples gay vietnamiens, qu'elle a assemblés en une série intitulée 「The Pink Choice」. Le jour de l'interview, elle m'a posé un lapin, mais je ne lui en ai pas tenu rigueur parce que c'est la Vietnamienne la plus cool que j'aie jamais rencontrée, et en plus elle a une coupe au bol.

VICE : Salut Maika, pourquoi tu m'as posé un lapin ?


Maika Elan : Salut ! Je suis vraiment désolée. Ce matin, je devais aller à l'ambassade de Grande-Bretagne pour mon visa – j’y vais dans quelques jours pour une expo – et au final, j'y ai passé la journée. Je m'y attendais, mais bon...

Je déteste la bureaucratie, donc je te pardonne. Tu peux me parler de ton projet ?

Au Vietnam, il y a un débat sur la légalisation du mariage gay. Si ça arrivait, le Vietnam serait le premier pays asiatique à franchir le pas ; mais je ne pense pas que ça arrive de sitôt. Les gens aiment se dire ouverts d'esprit, mais dans les faits, on constate le contraire. Quand on voit des reportages à la télé, soit les visages sont floutés, soit ils sont filmés de dos. C'est la même chose lorsque le sujet abordé est la drogue, le sida ou un quelconque scandale sexuel. Dans les films, les homosexuels sont soit idéalisés, soit présentés comme des pervers déviants. On ne voit jamais comment sont les gens, en vrai.

Tu es lesbienne ?

Non, mais j'ai beaucoup d'amies qui le sont. Elle le savent depuis longtemps et essayent de vivre en se cachant le moins possible. L’hypocrisie me dérange beaucoup.

T’as déjà été témoin de remarques ou de gestes homophobes envers tes amis ou les sujets que tu prends en photo ?

Rien de très agressif, mais ça reste impossible pour un couple gay – encore plus lorsque que ce sont des hommes – de livrer le moindre témoignage d'affection en public sans qu'un passant ne se mette à les montrer du doigt. C'est vraiment gênant. Par exemple, je suis allée au marché aux fleurs avec un couple que je voulais photographier. Ils se tenaient la main et les gens sont devenus cinglés. Une foule s'est formée autour de nous et nous montrait du doigt en criant : « Non ! Vous ne pouvez pas faire ça ici !»

Pas de gays au marché aux fleurs ? Chelou. Comment tu déniches tes sujets ?

À l'époque, j'étais en contact avec ICS (depuis, leur site a été suspendu pour une raison inconnue), la seule association qui se bat pour les droits de la communauté LGBT au Vietnam. Grâce à eux, j'ai entendu parler d'un hôtel pour homos et lesbiennes à Hong Kong. J’y suis allée. Au début, je faisais très attention à ne prendre que des photos banales de l'hôtel, parce que je n'étais pas sûre que le patron soit très ouvert d'esprit. Mais au final, tout le monde s’est montré bienveillant : certains me demandaient même de venir dans leur chambre pour prendre des photos de couple. C'était génial. De retour au Vietnam, j'ai fait des recherches et j’ai repris contact avec ICS pour leur expliquer mon projet et les convaincre de me mettre en contact avec des gens. J’ai rencontré des couples qui m’ont présentée à d'autres couples, et ainsi de suite. On prenait un café et je les accompagnais toute une journée, parfois même deux jours ou une semaine. Quelques couples sont venus d'eux-mêmes vers moi : pour eux, cette rencontre était l'opportunité de faire leur coming-out familial.

Tes photos sont très intimes. Comment tu réussis à mettre tes sujets à l'aise ?

J'étais moi-même à l'aise. C’est sûrement la meilleure méthode. Mais je remarquais quand même que du seul fait de ma présence, l'énergie que dégageait le couple s’amenuisait. C’était très frustrant pour moi. J'ai dû beaucoup travailler pour pouvoir saisir ces petits instants de laisser-aller, lorsqu'ils oubliaient accidentellement ma présence. Je prenais quelques clichés, puis je m'asseyais dans un coin en faisant semblant d'être absorbée par ma propre activité, afin qu'ils se détendent. C'est là que je pouvais vraiment les prendre en photo.

C'est malin. Est-ce que tu as un couple préféré ?

Un couple d'hommes, mariés avec enfants. Ils sont séropositifs. Leur apparence est une chose que j'apprécie tout particulièrement chez eux. Elle contraste fortement avec leur esthétique générale. Ils sont tous les deux baraqués, couverts de tatouages, de beaux hommes. À côté de ça, leur maison est très romantique, un vrai nid d'amour plein de motifs floraux et de plantes. Ils ont tous deux un passé obscur et ce sont des drogués, mais aussi les personnes les plus aimantes que j'aie jamais rencontrées. Le simple fait de se passer la seringue s'est transformé, sous mes yeux, en geste amoureux. C’est pas très politiquement correct de dire un truc pareil, j’en suis consciente, mais à ce moment-là, j'ai été obligée de dissocier l'acte de ses connotations négatives, et de comprendre que c'était leur façon de se donner de l'amour.

Tu penses que le Vietnam va bientôt autoriser le mariage gay ?

Comme je te le disais, ce n'est pas l'impression que j'ai. Le problème est qu'il n'y a qu'une seule association qui se préoccupe des droits de la communauté LGBT, et c'est ICS. Ils ont un travail monstre. Ils organisent des événements pour éveiller l'opinion publique et font preuve des meilleures intentions, mais les choses n'en sont encore qu'à leur tout début. Il y a quelque temps, ils ont organisé une demande en mariage publique, dans une école, puis ont mis en scène le mariage lui-même. Lorsque j'ai pris contact avec le couple, j’ai appris que ce couple n'en était pas un : c'était juste un coup de pub.

Pourquoi ils n’ont pas demandé à un vrai couple de le faire ?

Peut-être que les vrais couples ont pris peur devant une mise en scène aussi publique. Pourtant, nombreux sont ceux qui ont tenu à ce que je les photographie. Va savoir.

Maika est représentée par MoST. Si vous voulez en savoir un peu plus sur cette agence, allez voir ici.

Author: Elektra Kotsoni/Date: November 15, 2012/Source: http://www.vice.com/fr/read/gay-couples-vietnam-maika-elan-photography


「Photographing the Loving Gays of Vietnam」


Three months ago, about a 100 bike-riding homosexuals pedaled through Hanoi in what would come to be seen as the Vietnamese capital's first ever gay pride parade. Not too many eyebrows were raised by that, at least in our little Western corner of the world; I guess we all thought it was about time those guys on the other side finally celebrated the wonders of crossing swords. What should cause a stir is that only one day after the parade, rumors began to circulate that the Vietnamese government was considering the legalization of same-sex marriage. Considering that Vietnam is still operating under a communist regime, this is sort of newsworthy, don't you think?

I thought so, which is why I got in touch with photographer Maika Elan, who spent last year photographing Vietnam's gay couples in their most intimate moments for her photo series 「The Pink Choice」. She sort of stood me up on the day of the interview, but that's OK because she's the sweetest Vietnamese with a mushroom haircut I've ever met.

VICE: Hey Maika, why did you stand me up?


Maika Elan: Hi, I’m really sorry. I got up this morning to go to the UK Embassy and sort out a visa – I’m visiting in a few days to prepare for an exhibition – and ended up spending the whole day there. Which I should have expected but anyway...

OK, I hate bureaucracy too, so I forgive you. Tell me about your project involving gay people in Vietnam. Why is that an important enough subject to photograph so extensively?

In Vietnam, there is talk of legalizing gay marriage. This would make Vietnam the first Asian country to do so, so it’s a big deal, but I don’t see it happening any time soon. People like to say they are open-minded, but they don’t act like it. For example, every time a story about a gay couple is in the press or on TV, either their faces are blurred or they pose with their backs to the camera. And those stories almost always have to do with drugs, AIDS, or some sort of sexual scandal. When it comes to movies, homosexuals are either idealized or, again, presented as sexual deviants. You never see the actual people. You don’t see that they are real people. I thought it’d be nice to change that.

Are you gay?

No, but a lot of my friends are. And they have known from an early age, and they are trying to live their lives as openly as possible. So the hypocrisy still bothers me.

Have you ever witnessed any expressions of homophobia against your friends or subjects?

Nothing too aggressive, but it is still impossible for a gay couple, especially if they are men, to engage in the simplest displays of affection without passers-by pointing at them. It just gets extremely awkward. For instance, I went to the flower market with this couple I was photographing, and they were just walking around holding hands and flowers, and everyone went berserk. A crowd gathered around us, and people kept pointing and saying, “No, you cannot do this here.”

No gays at the flower market? That's weird. How did you go about finding your subjects in the first place?

I had been in touch with ICS [their online account has been suspended for some reason], which is the only agency for LGBT rights in Vietnam and it was through them that I found out about this gay and lesbian-only hotel in Hong Kong. So I went there, and at first I took great care to only take general pictures of the hotel because I wasn’t sure how welcoming the patrons would be. But it turned out that everyone was very welcoming; people would actually approach me and ask me to take pictures of them with their partners in their rooms. So that was great.

When I returned to Vietnam, I did a bit of research, got in touch with ICS again, explained what I was looking to do and convinced them to get in touch with a few people for me. After that, one couple would just introduce me to another, we would meet for coffee and then I’d follow them around for a day, or two days, or a week. Some people got in touch with me on their own too, seeing their participation as a way of coming out to their families.

The photos are very personal, and I would imagine that by facing so much prejudice these people would be wary of letting a stranger into their homes. How did you get them to feel so comfortable?

I felt really comfortable. Maybe that’s one reason. Still, just by my being there, in their private space, I disrupted their whole energy. Nothing was natural, and that was annoying. I had to work hard for those glimpses of natural moments; the moments when they accidentally forgot that I was there.

Once I entered a house, I would ask them what the favorite room was or what they enjoyed doing together, and then let them go at it while I took pictures. Later, I would say that they could rest and that I wouldn’t be taking any pictures. I would sit in a corner and pretend to do my own thing so they would relax, and that’s when I was really able to photograph them.

Sneaky. Is there one couple you are particularly fond of?

There are these two guys, who are both married with children and are also HIV positive. Their families know about their relationship with each other now, and even though they live with them, they also have a space of their own. And on special occasions, like the lunar New Year, the three families get together and celebrate, which I think is fantastic.

Another thing I love about them is their appearance, which clashes so badly with their general aesthetic. They are both big, strong-looking men, covered in tattoos, but their house is this really romantic, nest-y space covered in floral patterns and flowers. But it’s a case of juxtaposition with them in general. They both have really dark pasts, and they are drugs users. But they are the most loving people I have ever met. Even their sharing of a needle became, in my eyes, a gesture of love. I know this is not the most ethical thing to say, but in cases like this I found I had to try to disassociate such an act from its negative connotations, and assume that this is their own way of expressing their love, not destroying each other.

Do you think gay marriage will be get recognized in Vietnam any time soon?

I don’t really see it happening, no. The problem is that ICS, the organization I mentioned before, is the only agency catering to LGBT rights. They do so much work, hold all these events to raise awareness, and have the best intentions, but things are naturally at their earliest stage. Some time ago, for instance, they staged a public marriage proposal and wedding in a school. When I contacted the couple, in order to photograph them, turns out they weren’t a real couple; it was only a publicity stunt.

That’s the first time I heard of a publicity stunt with a cause. Why did they not get a real couple?



Maybe they couldn’t find people who wanted to come out in such a public way. Then again, there were a whole bunch of people that agreed to be photographed by me. Go figure.

Maika is currently in the process of turning this project into a book. If you cannot wait till then, and you happen to be in Nottingham, she is exhibiting at World Event Artists untill the 16th of September – you should go take a look.

Maika is respresented by MoST. If you'd like to find out more about them you should click here.

Follow Elektra on Twitter: @elektrakotsoni



もっと More
上 TOP