Apeace 에이피스 「HERO」

Posted on September 29, 2012 commentaires

Apeace 「HERO」 - sorti extrait de『Apeace』le 29 septembre 2012.

Apeace, ce fameux boy group aux vingt et un membres, continue donc ses activités au Japon, et sort donc un album et un single japonais : 「HERO」. Youpie ? Malheureusement, non. En effet, l'enthousiasme que nous avait procuré cette foule de jeunes garçons au moment de 「Lover Boy」 est bien refroidi par la médiocrité de l'ensemble. La chanson sonne très J-pop, ok, mais elle est aussi très moyenne. Le clip surtout est hyper cheap et la chorégraphie à la limite du ridicule, oui bon, elle est ridicule et très mal filmée. Pourquoi si peu d'investissement sur le marché japonais ?!

もっと More

Jason Chang 「The Truth About Gay Asian Men」

Posted on September 24, 2012 commentaires
Article très intéressant trouvé sur le site Model Minority que je reproduis ci-dessous. C’est un peu long, le texte comporte une introduction du journaliste qui anime ce site et la traduction française vaut ce qu’elle vaut... Mais prenez le temps de le lire, c’est très éclairant sur la question du désir de l’autre et de l’estime de soi. Jason Chang, l’auteur, est homosexuel, asiatique, américain mais je pense que chaque homosexuel asiatique vivant dans un pays « blanc » peut s’y retrouver. L’article remonte à plus de dix ans (!) et se clôt sur un vibrant message d’espoir (fallait bien au vu du sombre constat). Vu de Paris en 2012, je n’observe pas vraiment d’évolution... Mais mon point de vue est loin d’être complet ou objectif. Et vous, trouvez-vous que les choses s’améliorent ?

『aMagazine』, February/March 2001, p.52-53 (San Francisco Public Library)

Throughout the age of mass media, mainstream American culture has consistently stereotyped straight Asian American men as asexual and subordinate, thereby denying them their full measure of humanity and masculinity. What’s worse, this stereotyping has not been the product not of a media conspiracy but of the free market in action. Movie studios and TV networks are simply maximizing their profits in response to the overwhelming demand from mass audiences, predominantly white Americans, for content that affirms the sense of entitlement and centrality of white male protagonists at the expense of all others. The racist perception that Asian men are less than “real men” pervades mainstream American culture, and profoundly impacts the life chances and self-image of all Asian American men.
For Asian American activists who join with most progressives in viewing white gay rights advocates as comrades in arms, the accompanying article may come as disappointing news. As Jason Chang has found, the racist subordination of Asian American men — often internalized as self-hatred — is endemic not only in mainstream America, but in the counterculture of gay America. Chang has identified an injustice that straight and gay Asian American brothers should challenge together.

Andrew Chin

“Are you sticky?”

It was a hot summer evening in Boston almost a decade ago, and I was one of only two Asian men in a crowded, predominantly white gay club. The other guy in the room had been smiling at me all evening and finally came up to make small talk. I was trying to politely convey my lack of interest in him when he asked that strange question.
“Well, yeah,” I replied. “It’s very hot in here.” He laughed and said he wasn’t asking about my skin but whether I was attracted to other Asian men — “Sticky, like sticky rice” he clarified, “rice that clings together.” There’s “sticky rice,” he said, and there are “potato queens” — Asians who only date white men.
“Oh, I am definitely a potato queen,” I replied hastily to dispel any hopes he might have. While keenly aware that he was strikingly good-looking, there was no way I would be interested in him; back then, I wanted a Caucasian boyfriend, preferably one who looked like the male models in GQ. He sighed, “I’m not surprised. So many Asians only want a white boyfriend. I don’t know why.” He gave me a wan smile and took his leave.

It’s been eight years since, but I’ve never forgotten that conversation because it started me on the road to questioning my racial preferences. They had always been a reflex, not anything I had really thought about until that evening. Why was I attracted only to white men, I asked myself. Why wouldn’t I even consider another Asian guy as a potential partner? I’d been attracted to white men since my earliest memory. From my preadolescent crushes to my teen idols, my white knight had always been, well, white. The only Asians I saw on TV or in the movies were houseboys or nerds, and there were certainly no Asian male models in the pages of the fashion magazines my friends and I so fervently perused.

I realized I was not alone in this. Most of the gay Asians I knew would only date white guys, and most of us just accepted this as the norm. But as I looked more deeply into the phenomenon, I was astonished by how widespread it was, at just how huge a percentage of gay Asian men were attracted only to white men.
I thought of how my gay Asian friends and I accepted dates from Caucasian men we weren’t even attracted to, just so we could have a white partner. And most of the gay white men we met were not interested in dating Asians. As in heterosexual society, Asian men were considered to be at the absolute bottom in the hierarchy of desirability. It seemed that the only white men who were interested in dating Asians were “rice queens” — a non-Asian man, usually much older, who dates Asian men exclusively, with a single-minded passion bordering on fetishism and with attendant expectations of how Asians should behave. The white men who could see us as individuals and not stereotypes were few and far between, so we potato queens just took whichever potatoes came our way.

After that night in Boston, though, I became determined to examine my own prejudices against dating Asian men and to fight the lifelong conditioning that had taught me to think of myself and other Asian men as inferior to white men. As my own ethnic self-esteem grew, I found myself becoming more and more attracted to other Asian men. I began looking to meet and chat with other “sticky” Asian men. But they weren’t easy to find.
I started noticing that in gay magazines and newsweeklies, almost every personals ad placed by a “GAM” (gay Asian male) was for a “GWM” (gay white male). I observed that while America Online would always have three or more member-created “GAM4GWM” (gay Asian men for gay white men) chat rooms at any time of the day or night, all filled to capacity, there would only be one “GAM4GAM” room that usually only had a handful of participants. It wasn’t just that gay Asian men were mainly looking for Caucasian partners, it was also that many were strongly, viscerally opposed to ever dating another Asian.
On AOL, I sent instant messages to literally hundreds of other gay Asians, searched member profiles through the member directory and perused hundreds of personals ads. Most of my IMs to other Asians on AOL were met with stony cybersilence or a one-line “Sorry, not into other Asians" reply. The sad thing was that I wasn’t even looking for those who only dated other Asians, just those who would even consideran Asian for a partner. Of 110 personals ads placed by gay Asian men in AOL’s Photo Personals section, for example, I counted 54 that had marked “white” or “Latino” in the racial preferences boxes, but excluded “Asian.”

In the afterword of the book version of his Tony Award-winning play, 「M. Butterfly」, playwright David Henry Hwang wrote, “In these relationships, the Asian virtually always plays the role of the ‘woman’; the Rice Queen, culturally and sexually, is the ‘man.’ This pattern of relationships has become so codified that, until recently, it was considered unnatural for gay Asians to date one another. Such men would be taunted with a phrase which implied they were lesbians.”
The use of the term “lesbian” to identify gay Asian men who are attracted to each other is a stunning indication of how many gay Asian men perceive that only white men are “real” men and that Asian men who date each other are therefore “lesbians” — two “women” together. Mainstream society’s stereotyping of Asian men as feminine is raised to a grotesque level in the gay community.

The pursuit of a white boyfriend is so intense that many gay Asian men would sooner date a much older white male partner than another Asian. Asian and Friends and the Long Yang Club are both social organizations with numerous chapters around the world that are designed for Asian men to meet Caucasian partners. I had attended some of their events in cities from Sydney to New York, and all I saw were 50-something white guys with their 20-something Asian boyfriends.
“I used to wonder what the deal was with these young Asian guy/older white guy couples that I saw all the time,” says Patrick, a Caucasian gay male in his 30s who lives in New York and has dated Asians.“ When I started getting to know some of them, I found that often the Asian guys were just settling for whatever white guy would have them, and there was usually this economic inequality. Even if the Asian guy was making decent money, there was this inequality in power and status.”
This inequality in status between Asians and Caucasians can be seen even in places that cater to gay Asians: The Web, an Asian-owned nightclub in Manhattan, used to allow Caucasian patrons in for free while charging Asians — the idea being that Caucasian men were more important and desirable, since Asians were going to the club to meet Caucasian partners. The concept is similar to “ladies night” at heterosexual nightspots; women are at a premium, so they get in for free.
At Long Yang Club and Asians and Friends meetings, I chatted with other Asian men and asked them how they think they came to prefer white partners so exclusively. Bert, a 34-year-old Filipino from Boston said, “I just never thought Asian men were beautiful. My God, I certainly never thought of myself as beautiful. I want an all-American boyfriend.”
“To be honest, I see other Asian guys as competition,” said Paul, a 28-year-old Filipino American.“ I can be friends with other Asian guys, but I’ll never date them.” Chris, a 26-year-old Chinese American living in Philadelphia has also experienced the cold shoulder from other gay Asians. “Many of the Asian guys here don’t acknowledge my existence in the bars; they see me as competition for the few white men that are attracted to Asians.”
Some potato-only Asians became highly defensive when asked about their exclusive preference for white men. Most said they saw nothing wrong with being attracted only to white men, that it had nothing to do with self-hatred or media conditioning. “And even if I’ve been conditioned by the media, so what?” asked Matt, a 24-year-old Chinese American New Yorker whose last partner was a 46-year-old Caucasian. “We’re all conditioned by the media. I like white men, period.”

Interestingly, my chats with Asians around the country and online showed a fairly clear geographic division: gay Asian men in California were significantly more open to dating Asians than gay Asians on the East Coast. Perhaps California’s longer history and larger Asian American population have simply provided gay Asians with more Asian men to serve as positive role models and teenage crushes.
We often criticize the mainstream media for turning Asian men into desexualized caricatures, but the situation is much worse in gay culture. “There’s already so much emphasis on physical beauty within gay male culture,” says Ian, a 36-year-old Asian New Yorker who has had long-term relationships with both whites and Asians. “It’s even harder for gay Asian men who do not fit the very narrow standard of what is considered desirable — the muscle-bound, hyper-masculine look.” Ian now describes himself as “very sticky,” but he’d count himself in the minority. “The fact is most white men are not attracted to Asian men, and worse, Asian men are not attracted to each other.”
As a reformed potato queen myself, one for whom race is now the least important factor in whom I date and love, I am optimistic that there’s hope for us all. As Asian Americans assert themselves more in the media and as the number of real-life role models increase, I believe that more gay Asian men will be able to realize that they can be as beautiful, sexy, attractive and desirable as any blond-haired, blue-eyed hunk.

Depuis que les mass medias existent aux États-Unis, la culture mainstream a érigé en stéréotype la figure de l’homme asiatique hétéro comme asexué et inférieur, lui niant sa pleine dimension d’humanité et de masculinité. Le pire est que cette représentation ne résulte pas d’une conspiration des médias mais de l’économie de marché et de sa logique interne. Les studios à Hollywood et les grandes chaînes de télévision ont tout simplement cherché à maximiser leurs profits en répondant à l’immense demande du public, majoritairement composé de blancs, pour des récits qui réaffirment la légitimité et la centralité de protagonistes masculins blancs au détriment de tout autre. Cette perception raciste des hommes asiatiques comme inférieurs aux « vrais hommes » imprègne désormais toute la culture du pays et affecte profondément l’image de soi de chaque asiatique et ses chances dans la vie. Pour les activistes asiatiques qui, comme la plupart des progressistes aux États-Unis, voient les blancs défendant les droits des gays comme des compagnons d’armes, l’article qui suit risque de doucher bien des espérances. Comme le souligne Jason Chang, le racisme et l’infériorisation à l´égard de sa communauté — souvent intériorisés en haine de soi — n’est pas seulement endémique de l’Amérique mainstream, mais aussi de la contre culture gay. Et Chang met le doigt sur une injustice que la communauté asiatique, gay et hétéro confondus, aurait tout intérêt à combattre.

Andrew Chin

« T’es sticky ? »

C’était il y a une dizaine d’année, à Boston, au cours d’une chaude soirée d’été. Je me suis retrouvé au milieu d’une boîte gay bondée remplie principalement de blancs, un des deux seuls asiatiques. Le second, qui m’avait souri toute la soirée, a fini par s’approcher pour discuter un peu. Alors que j’essayais poliment de lui faire comprendre mon peu d’intérêt pour lui, il m’a posé cette question étrange. « T’es sticky ? » (collant, ndt) m’a-t-til demandé. « Ben oui, j’ai répondu, il fait très chaud ici. » Il a rit et m’a dit qu’il se fichait de savoir si je transpirais mais demandait juste si j’étais attiré par les asiatiques. « Collant, quoi, comme le riz gluant. Et il a précisé : comme les grains de riz qui “s’agglutinent” il y a les sticky rice et il y a les potato queens, les asiatiques qui ne sortent qu’avec des blancs. » « Alors, je dois être une potato queen », ai-je répondu rapidement pour dissiper tout malentendu. J’avais beau avoir conscience qu’il était d’une beauté saisissante, il n’y avait pas l’ombre d’une chance pour que je sois attiré. À l’époque, je voulais un petit ami caucasien, qui ressemblerait de préférence aux mannequins de『GQ』. Il a soupiré : « Je ne suis pas étonné. Il y a tellement d’asiatiques qui ne cherchent un petit ami exclusivement blanc. Je ne sais pas pourquoi. » Il m’a vaguement souri et il est parti.

L’histoire remonte à huit ans, mais je n’ai jamais oublié cette conversation parce qu’elle m’a conduit à m’interroger sur mes préférences raciales en matière de sexe. Jusqu’à cette soirée, ça avait toujours été un reflexe, rien sur quoi j’avais vraiment réfléchi. Pourquoi étais-je attiré seulement par les blancs, je me suis demandé depuis ? Pourquoi n’avais-je pas même considéré les autres asiatiques comme des partenaires potentiels ? Aussi loin que je m’en souvienne, j’ai toujours été attiré par des blancs. Depuis mes premiers coups de cœur de préadolescent pour mes idoles de l’époque, je dois dire que mon prince charmant a toujours été blanc. Les seuls asiatiques que j’avais l’occasion de voir à la télé ou dans les films étaient soient des domestiques soient des nerds, et il n’y avait pas le moindre mannequin asiatique dans les pages des magazines de mode que mes amis et moi lisions avec ferveur.

Je me suis rendu compte que je n’étais pas le seul dans ce cas. La plupart des homos asiatiques que je connaissais ne sortaient qu’avec des blancs et, pour la plupart d’entre nous, c’était devenu une chose normale Mais en observant mieux ce phénomène, j’ai été stupéfait de constater combien cette norme était répandue ainsi que par l’immense proportion d’asiatiques attirés uniquement par les blancs.
Je me suis rappelé comment mes amis gays asiatiques et moi sortions avec des blancs qui ne nous plaisaient même pas, juste pour avoir un copain blanc. Et la plupart des homosexuels blancs n’étaient pas intéressés par les asiatiques. Tout se passaient exactement comme pour les hétérosexuels qui placent les hommes asiatiques au plus bas de l’échelle en matière de désir et d’attirance. Il semblait bien que les seuls blancs attirés par les asiatiques étaient des rice queens — des hommes non asiatiques donc, souvent plus âgés, ne sortant qu’avec des asiatiques, avec une obsession à la limite du fétichisme et des attentes bien arrêtées sur la façon dont les asiatiques doivent se comporter. Les blancs qui nous considéraient comme des personnes et non des stéréotypes étaient rares, si bien que nous, les potato queens, prenions n’importe quelle patate qui se présentait.

Cependant, après cette nuit à Boston, je me suis vraiment décidé à regarder de plus près mes préjugés envers l’idée de sortir avec des asiatiques et à combattre ce conditionnement qui depuis toujours m’avait appris à me penser et à penser mes semblables comme inférieurs aux blancs. À mesure qu’a grandi mon estime de moi, et de mon appartenance ethnique, j’ai de plus en plus souvent été attiré par d’autres asiatiques. J’ai commencé à côtoyer des sticky et à parler avec eux. Même s’il étaient rare d’en rencontrer. J’ai aussi remarqué que, dans des magazines gays et les hebdomadaires d’actualités, presque chaque petite annonce publiée par un GAM (gay Asian male) s’adressait à un GWM (gay white male). Sur America Online, alors qu’il y avait toujours trois chats, voire plus, intitulés GAM4GWM (gay Asian men for gay white men), à n’importe quel moment de la journée ou de la nuit, tous remplis, il n’y avait qu’un chat, GAM4GAM, avec seulement une poignée de participants. Ce n’était pas seulement que les asiatiques recherchaient principalement des caucasiens, c’était aussi que beaucoup étaient fortement, viscéralement opposés à l’idée de sortir avec un autre asiatique.
Sur AOL, j’ai envoyé des centaines de messages à d’autres asiatiques, j’ai recherché les profils correspondants à ces critères dans l’annuaire du site et j’ai lu attentivement des centaines de petites annonces. La plupart de mes messages n’ont rencontré qu’un cyber-silence de plomb, ou reçu en réponse qu’une une simple ligne qui disait : « désolé, pas intéressé par les asiatiques ». Le plus triste, c’était que je ne cherchais même pas ceux uniquement intéressé par les asiatiques, mais ceux qui pourraient envisager d’avoir un asiatique comme partenaire. Pour avoir un idée de la situation, sur 110 annonces publiées par des asiatiques dans la section Photo Personals d’AOL, j’en ai compté 54 qui avaient coché « blanc » ou « latino » dans les cases des préférences raciales, mais excluaient « asiatique ».

Dans la postface de l’édition de 「Mr. Butterfly」, sa pièce couronnée d’un Tony Award, l’auteur dramatique David Henry Wong écrit : « Dans ces relations, les asiatiques jouent pratiquement toujours le rôle “de la femme” ; la Rice Queen, culturellement et sexuellement, est “l’homme”. Ce modèle est un code si fort que, jusque récemment, il était considéré comme contre-nature pour des homosexuels asiatiques de sortir ensemble. Ces hommes auraient été raillés implicitement comme étant des lesbiennes. »
L’utilisation du terme « lesbienne » pour désigner les asiatiques attirés par d’autres asiatiques est l’expression la plus incroyable de la manière qu’ils ont de percevoir les seuls blancs comme de « vrais » hommes, au point d’envisager deux asiatiques ensemble comme des « lesbiennes » — comme deux « femmes » ensemble. Dans la communauté gay, le stéréotype de l’asiatique efféminé, présent dans l’ensemble de la société, atteint un niveau particulièrement grotesque.

La recherche d’un petit ami blanc peut être si acharnée que de nombreux asiatiques préfèrent avoir un partenaire blanc beaucoup plus vieux plutôt qu’un asiatique. Ainsi, Asians and Friends et le Long Yang Club, deux associations de convivialité qui ont des antennes dans le monde entier, sont conçues pour que des asiatiques trouvent un partenaire caucasien. Dans toutes les villes où j’ai assisté à leurs soirées, de Sydney à New York, tout ce que j’ai vu, c’était des blancs de 50 ans et plus avec leurs petits amis asiatiques de 20 ans.
« Je me suis toujours demandé ce qui tenait ensemble ces couples formés d’un jeune asiatique et d’un vieux blanc comme j’en voyais tout le temps, raconte Patrick, homosexuel blanc, trentenaire, vivant à New York et sortant avec des asiatiques. Quand j’ai commencé à en côtoyer, j’ai constaté que souvent, les asiatiques se contentent de ce que leur copain blanc peut leur procurer, et cette inégalité économique est fréquente. Même quand l’asiatique gagne convenablement sa vie, on retrouve cette disparité de pouvoir et de statut. »
Cette inégalité de statut entre asiatiques et caucasiens transparaît même dans les lieux destinés aux asiatiques : le Web, une boîte asiatique à Manhattan, a pour habitude de laisser entrer gratuitement les clients caucasiens et de faire payer les asiatiques — l’idée est que les blancs sont plus importants et désirables, puisque les asiatiques viennent là pour les rencontrer. Le concept est semblable aux ladies night des boîtes hétérosexuelles ; les femmes sont recherchées, elles entrent donc gratuitement.
« Pour être honnête, je vois les autres asiatiques comme des concurrents, m’a dit Paul, un américain philippin d’origine âgé de 28 ans. Je peux être ami avec d’autres asiatiques, mais je ne sortirais jamais avec. » Chris, un américain chinois de 26 ans vivant à Philadelphie a aussi eu l’occasion d’éprouver l’accueil glacial des autres homos asiatiques. « Beaucoup d’entre eux m’ignorent dans les bars ; ils me voient comme une concurrence pour le peu d’hommes blancs attirés par les asiatiques. »
Quelques asiatiques potato-only se sont même montrés extrêmement méfiants lorsque je les interrogeais sur leur attirance exclusive pour les blancs. Pour la plupart d’entre eux, il n’y avait rien de mal à être attiré uniquement par les blancs, et ça n’avait rien à voir avec la haine de soi ou le conditionnement par les médias. « Et même si j’ai été conditionné par les médias, où est le problème ? M’a demandé Matt, un new-yorkais chinois de 24 ans dont le dernier petit ami était un caucasien de 46 ans. Nous sommes tous conditionnés par les médias. J’aime les blancs, point. »

Fait intéressant, mes conversations avec des asiatiques à travers le pays et sur internet ont montré une répartition géographique assez claire : en Californie, les asiatiques sont significativement plus ouverts pour sortir avec d’autres asiatiques que sur la côte est. C’est peut-être simplement parce que l’histoire de la Californie, plus longue, et son importante population d’origine asiatique ont pu fournir à ces gays d’avantage de modèles masculins issus de leur communauté d’origine et capables de susciter des fantasmes adolescents.
Nous reprochons souvent aux médias mainstream de faire des hommes asiatiques des caricatures désexualisées, mais la situation est bien pire dans la culture homosexuelle. « On met déjà tellement l’accent sur la beauté physique dans la culture gay masculine, remarque Ian, new-yorkais asiatique âgé de 36 ans, qui a eu des relations de longue durée avec des blancs comme avec des asiatiques. C’est encore plus dur pour les asiatiques qui ne correspondent pas au standard très restrictif de ce qui est considéré comme désirable — la physionomie hyper virile, les muscles hypertrophiés. » Ian se décrit désormais comme très sticky mais il se situe lui-même dans une minorité. « Le fait est que la plupart des blancs ne sont pas attiré par les asiatiques, et pire, les asiatiques non plus. »
Quand à moi, en tant que potato queen réformée, pour qui la race est désormais le facteur le moins important chez ceux que j’aime et avec qui je sors, j’ai l’assurance qu’il y a de l’espoir pour nous tous. À mesure que les asiatiques américains s’affirmeront dans les médias et que le nombre de modèles référents augmentera dans la vie de tous les jours, je crois que de plus en plus d’homosexuels asiatiques seront en mesure de se rendre compte qu’ils peuvent être aussi beaux, sexy, séduisants et désirables que n’importe quel beau mec blond aux yeux bleus.

もっと More

Yayoi Kusama 草間彌生 × Louis Vuitton

Posted on September 21, 2012 commentaires

Mamie dit : « Achète !! »

Voici donc la collaboration entre les pois de l'iconique artiste japonaise et le monogramme de la célèbre maison française de maroquinerie de luxe. Hourra ! Pour l'occasion, en plus du pop-up store, Le Printemps présente une exposition, 「Graphic Fashion」, jusqu'au 21 octobre. Outre les multiples supports sur lesquels se déclinent les fameux pois de l'artiste, Vuitton a décidé d'ériger un véritable culte autour de Kusama elle-même. On voit sa photo à peu près partout. Et si ce n'est pas elle, c'est l'un de ses avatars comme les mannequins coiffés comme elle. Dans chaque vitrine dédiée à la fameuse collaboration se cache les Kusama Dolls, des répliques de l'artiste aux dimensions d'une poupée. Celle du magasin sur les Champs-Élysées est à échelle réelle, ça fait peur !

Plus d'infos : http://www.louisvuittonkusama.com/fr_FR


VOGUEPARIS 「Louis Vuitton × Yayoi Kusama Pop-Up Store」 - posté le 3 septembre 2012.
もっと More

Linda Lê 「Lame de fond」

commentaires

Linda Lê en 2010 (photo Renaud Monfourny)

Une fois n'est pas coutume, en cette rentrée littérature qui agite les milieux intellos parisiens, parlons donc littérature ! Enfin juste pour annoncer la sortie du nouveau livre de Linda Lê, car elle est la romancière française venue du Vietnam, c'est un peu sa base line (!). En outre, l'un des personnages de son livre est un immigré vietnamien. « Chez Linda Lê, on reste un étranger, pour toujours. "Un damné toujours perdu entre l'Orient et l'Occident", tel que se définit Van. Ni la cuisine, ni la langue, ni le travail, encore moins la famille, ne viendront combler ce déficit d'identité. Partir, c'est flotter entre deux eaux. La seule reconstruction possible se retrouve dans les livres, patrie peuplée d'apatrides, terre réservée aux hors-sol.» (Clara Dupont-Monod, 「Le Magazine Littéraire」, août 2012 - Source : http://www.20minutes.fr/livres/998199-lame-fond-linda-le-chez-bourgois-paris-france)

Depuis une vingtaine d’années, Linda Lê occupe une place à part dans le paysage littéraire français. Discrète, exigeante, hantée, son œuvre compte aussi bien des romans (「In memoriam」, 「Cronos」, 「Les Dits d’un idiot」, 「Les Évangiles du crime」), des exercices d’admiration (「Au fond de l’inconnu pour trouver du nouveau」) et des textes plus intimes (「Lettre morte」). Dans 「Lame de fond」, elle donne la parole à quatre personnages issus d’une même famille, autour d’une infidélité conjugale. Il s’en dégage un quatuor obsédant, parfois drôle, habité par la question de l’exil – thème de prédilection de la romancière partie du Vietnam à 14 ans pour vivre en France.》(Source : http://www.lesinrocks.com/2012/08/26/livres/rentree-litteraire-romans-attendus-11289078/)

Critique du livre sur Les Inrocks : http://www.lesinrocks.com/2012/09/07/livres/lame-de-fond-linda-le-11292280/.
もっと More

U-Kiss 유키스 「Stop Girl」

Posted on September 20, 2012 commentaires


U-kiss est de retour avec un septième mini-album, un membre en moins (AJ s'est barré à la fac) et un Dongho en bonne santé. La chanson titre est une ballade aux accents R'n'B, c'est assez différent de ce qu'on connaissait du groupe, mais diablement efficace. Et on fredonne toute la journée : ♪ Stop Girl in the name of love ♫ ! Dans le clip sobre à la photographie léchée, les garçons, super beaux, exécutent à la perfection une chorégraphie aussi classe que leurs tenues. On adore !


U-Kiss 「Stop Girl」 (Black & White Version) - sorti le 20 septembre 2012.


U-Kiss 「Stop Girl」 (Color Version) - sorti le 20 septembre 2012.



もっと More

Jolin Tsai 蔡依林 「Dr. Jolin」

Posted on September 14, 2012 commentaires


On ne parle pas beaucoup de Jolin Tsai sur ce blog, mais on ne pouvait pas passer à côté de 「Dr. Jolin」 ! Le morceau, plutôt sympathique sans plus, est en effet illustré par un clip très follasse ! La belle, habillé en infirmière SM (ce qui ne manquera pas de vous rappeler une certaine GaGa), soigne des hommes « enceints » — Soutien à l'homo-parentalité et la PMA ? Non, juste inversion des rôles... — en exécutant une chorégraphie (très inspirée de Kazaky) avec des mecs habillés en infirmières et en talons.


Jolin Tsai 「Dr. Jolin」 - from『MUSE』released on September 14, 2012.

On voit mieux la référence à Kazaky là :


Jolin Tsai 「Dr. Jolin」 - choreography by Yanis Marshall.

もっと More

Opening Ceremony 「An OCTV Fairy Tale」

commentaires

Opening Ceremony 「An OCTV Fairy Tale」.

Le 4 septembre 2012, à l'occasion de leur 10 ans, Opening Ceremony sort un bouquin aux contributeurs prestigieux : Terry Richardson, Chloë Sevigny, Spike Jonze, Ryan McGinley, Alexander Wang, Sally Singer, M.I.A., Terence Koh, Marcel Dzama, Rodarte, Proenza Schouler, Jason Schwartzman, etc. Ouah... Et pour présenter le livre, Andinh Ha réalise un film retraçant leur success story et joué par des enfants, trop mignon !


Spike Jonze, Carol Lim, Humberto Leon & Chloë Sevigny enfants !
もっと More

Daisuke Ueda 上田大輔, Hao Yunxiang 郝允祥 & Nan Fulong 南伏龙 × Dior Homme

commentaires


Après Dolce & Gabbana, avec Daisuke Ueda et Hu Bing, les mannequins hommes asiatiques continuent d'avoir la côte. Et ce sont les tops Daisuke Ueda (encore), Hao Yunxiang & Nan Fulong qui posent sous l’objectif de Karl Lagerfeld pour la collection automne-hiver 2012-2013 de Dior Homme designée par Kris Van Assche !





もっと More
上 TOP