Benjamin Law 「Kiss Me, I’m Asian」

Posted on March 24, 2012 commentaires
The spectrum of sexual attraction can be a wonderful thing, but Benjamin Law asks, when does “different strokes for different folks” slip into racism?

If you’ve never heard of Grindr, ask your local smartphone-owning homosexual for the lowdown. Like some gay hybrid of a GPS, personals section and neighbourhood beat, Grindr pinpoints your location and presents you with photos of nearby men. Naturally, Grindr users all look for different things: hairy/smooth, slim/athletic. Many also state what they’re avoiding. “No femmes,” say some. “No fat, no old,” say others. “No Asians.” That last one – “No Asians” – comes up a lot. Which is to say, they’re avoiding guys like me.

Setting up a Grindr profile is easy. My rules are simple: my profile will show my bare torso, but not my face – nothing to indicate race. Within minutes, a Caucasian man, whose face I can only describe as vaguely potato-ish, starts chatting to me. He has no username, but his listed age is 31. After pleasant banter, the conversation veers, of course, to my nipples.

Potato: I must compliment you on your shiny nipples. Do you wax?

Me: Ha! No that just comes with being Asian.

[Pause]

Potato: Oh I bet you don’t have to grroom [sic] at all do you.

Before I can even respond, Potato sends a rapid-fire succession of messages:

Potato: I’m off to bed / Night / Chat later.

Maybe I’m paranoid, but I have the distinct feeling I’ve encountered my first case of online race-based rejection. Everything was going smoothly with Potato until I mentioned I was Asian.

“The level of racism with these apps and websites is horrific,” says Nic, a semi-regular Grindr user. “One time, someone even had emojicons for Asian and Indian men; he couldn’t even be bothered to write the words.”

Chinese-Australian filmmaker Tony Ayres has written about Australia’s gay scene before: “If you’re young and good-looking, you’re at the top of the social hierarchy. What I didn’t realise was that being Chinese was actually a distinctive sexual category in a racial hierarchy. Asians were behind black and Latino men in the scale of things. White men were on top.”

Ayres laughs, adding: “It’s difficult to find a way of talking about this that doesn’t sound like you’re the dick police. Because then, not only are you sensitive, you’re dull, too. But obviously, desire is racialised. Whether it’s conscious or unconscious, there are exclusions, and people come to generalisations about Asian men: feminine; small dicks.”

“Everyone’s entitled to their own sexual preference,” says Kevin, another Grindr user. “I don’t believe in affirmative action when it comes to having sex.” Still, Kevin has seen enough online gay profiles with “No Asians” on them that he can’t dismiss it, either: “I’m hypersensitive, but that’s because I know it exists. Whenever I get snubbed, it’s always in the back of my mind whether it’s because he’s not interested in Asian people. Gay guys put a premium on hyper-masculinity, and part of the reason I’m so body-conscious is because I don’t want to be that ‘twink’ Asian stereotype.”

This isn’t confined to gay Asian men. “Wesley” is a 29-year-old Chinese-Australian lawyer who was dating a blonde Australian woman before the relationship unceremoniously ended. Months later, Wesley heard through mutual friends that she had said – while drunk – “I love Wesley, but I’m just not geared to being attracted to Asian guys.’”

Chinese-Australian Colin was also dumped by his white girlfriend after nine months. When Colin asked her why, she looked at him blankly. “It’s because you’re Asian,” she said.

I laugh, horrified, when Colin tells me this. “She didn’t know you were Asian beforehand?”

“It’s not like I turned Asian overnight,” he says.

All of this raises potentially ugly questions. Is it true that heterosexual women and gay men don’t find Asian men attractive? Asian women don’t have the same problem (ask my sisters), so why Asian men?

Dr Michael Lewis from Cardiff University in Wales has surveyed young heterosexuals from all racial backgrounds to monitor patterns of race-based attraction. Lewis’s tests revealed a trend where straight men generally considered Asian women more attractive than Caucasians, while black women were left behind. For men, it was the reverse. Women considered black men more attractive than Caucasians, while Asian men ranked lowest. In the UK, census data on marriage parallels Lewis’s findings. More black men are in interracial marriages than black women, and more Asian women are in interracial marriages than Asian men.

There are vague correlations in the gay world. In 2008, Australian gay magazine『DNA』ran a survey touching on who readers found attractive. Overwhelmingly, readers preferred Caucasian men (58.3 per cent), followed by mixed race (15.1 per cent) and Hispanic (10.7 per cent). Asian scraped in at 3.2 per cent. Even Asian readers didn’t identify Asian guys as particularly hot.

There are several theories here. one is bio-logical: Asian men are not typically muscular, hairy or tall, biological signposts of masculinity and testosterone. Another is Australia’s history with Asia. From the White Australia policy to Hansonism, Asians have occupied a place in the Australian imagination as particularly repellent.

Others point to poor media representation of Asian people, men especially. How many Asian male sex symbols in Western media can you name? Most of us would need to Google actor-model Daniel Henney, Chinese actor Tony Leung, 「Survivor」 winner Yul Kwon, 「Glee」’s Harry Shum Jr. or 「Lost」’s Daniel Dae Kim. In Australia, we probably only have one: 「Home & Away」 and 「Dance Academy」’s teen dream Jordan Rodrigues.

Though『DNA』’s models are often non-Caucasian, there has not been one identifiably Asian cover model in『DNA』’s 146-issue history. “To appeal to the widest audience possible, models have to be pretty generic,” says Andrew Creagh,『DNA』’s editor. “In many ways, cover models need to be a blank canvas onto which the audience can project their own fantasies and aspirations.”

For Asian guys, that invisibility can translate to tough prospects on the field. When Colin talks to his non-Asian female friends, they often say it’s hard to reconcile their teen ideas of marriage and romance with Asian guys. For some, romance or sex with an Asian guy is beyond their imagination. Gilbert Caluya, a young, gay, Filipino-Australian academic, describes an experience where one man at a club literally put his palm to Caluya’s face and said, “I don’t do Asians.” This was before Caluya even spoke to him.

Though I’m Asian myself, I can’t absolve myself here. In the past, when I’ve been asked what guys I’ve found attractive, the answer was rarely Asian men. It wasn’t until I spent time travelling through Asia – in Japan and India, especially – that I found the men beautiful, even ruggedly handsome. Some­thing else changed, too. In Beijing, Tokyo and Delhi, I suddenly became a massive hit in gay clubs.

For all these complicated questions about race and desire, perhaps the answer is quite simple: we all just need to get out more.

Author: Benjamin Law/Date: March 24, 2012/Source: http://benjamin-law.com/kiss-me-im-asian/




もっと More

AZN @ Scream Club 「GAY-ASIAN-POP」

Posted on March 17, 2012 commentaires

Samedi 17 mars : AZN reprend ses quartiers à la Scream Club, comme tous les mois. Ah on commence à bien connaître notre petite salle et sa petite pole bar, autour de laquelle on tourne et on tourne au son de la K-pop ! Mais c'est quoi le « Macho Bar » ?

もっと More

SHINee 샤이니『Sherlock』

Posted on March 12, 2012 commentaires


À l'occcasion de la sortie de『Sherlock』, le 21 mars prochain, SHINee nous tease (c'est le cas de le dire) avec une série de photos au french concept... plutôt hot ! En effet, les garçons posent lascivement, le torse nu et l’œil lubrique. Rien de vulgaire, mais ces images provoquent un certain malaise parmi les fans, peut-être pas habitués à voir de jeunes éphèbes s'exhiber ainsi. Mais y'a pas que les six-packs qui sont sexy !

  

  



  

  

  

  
Bon, c'est vrai que là, Taemin ressemble à une vilaine cochone !

もっと More

Weir Sukollawat เวียร์ ศุกลวัฒน์『Men's Health』

Posted on March 09, 2012 commentaires


Je ne connais pas cet acteur, mais bon, je ne résiste pas à poster sa couv' pour『Men's Health』thaïlandais de mars 2012 ! Ce magazine marche décidément partout en Asie, on se demande bien pourquoi !

  
もっと More

Éléonore Sok Halkovich 「Asiatiques en politique : une minorité visible engagée」

Posted on March 08, 2012 commentaires
Ils s’appellent Chenva, Buon, Liêm, Jean-Vincent ou Fleur, ils représentent la minorité visible des Asiatiques de France. Leurs origines, parcours et engagements sont différents, mais ils ont en commun la volonté de conquérir les institutions politiques.

Des yeux bridés, un visage fin et mate, en jean et mocassin, Chenva Tieu, 48 ans est un entrepreneur à la tête de quatre sociétés, un des fondateurs du Club xxie siècle qui fait la promotion de la diversité dans la sphère publique et le « Monsieur Asie » de l’UMP. Né au Cambodge de parents chinois, secrétaire d’État chargé des relations avec l’Asie depuis l’année dernière, il a été investi aux élections législatives dans la 10e circonscription de Paris.

Nicolas Sarkozy aurait été séduit par son discours volontariste. « La croissance de la France dépend de la production. Cette croissance, il faut aller la chercher là où elle est, en Asie », déclare-t-il. En stratège, il a suggéré à Nicolas Sarkozy que « la France utilise un de ses atouts : sa communauté asiatique, ces Français bi-culturels ».

Le président aurait-il saisi le message ? Il a particulièrement soigné ses vœux à la communauté asiatique, venue en nombre record assister au Nouvel an chinois et vietnamien à l’Élysée, en février dernier. Une opération séduction à l’égard de ces Français d’origine asiatique qui réclament plus de visibilité ?

Le vote asiatique
Chenva Tieu est passé par les tours de Chinatown à son arrivée en France en 1975 après que sa famille ait fuit les Khmers Rouges. Aujourd’hui résident à Montmartre et investi dans la 10ème circonscription, à cheval sur une partie du 13ème (dont le Chinatown) et du 14ème arrondissement, il se défend d’utiliser ses origines pour capter le vote de la communauté asiatique.

« Je ne sais pas ce que ça veut dire le vote communautaire. J’ai envie de dire aux Asiatiques de France que nous sommes une composante de l’identité nationale. Je serai député de tous les Français, avec une sensibilité, une proximité et une oreille pour les Asiatiques », affirme-t-il.

Le vote asiatique existe-t-il ?

Cliché numéro 1 : les Asiatiques sont de droite. « Politiquement, les Asiatiques sont assez répartis autour du centre. Ils suivent avant tout un principe de prudence », note Emmanuel Ma-Mung, spécialiste de l’immigration au laboratoire Migrinter du CNRS. « Mais comme pour tout le monde, ce qui prime, c’est leur position sociale », nuance-t-il, « s’ils sont petits patrons ou employés, leur orientation sera différente ».

Cliché numéro 2 : les Asiatiques sont abstentionnistes. Buon Hong Tan, président de l’Amicale des Teochew de France (diaspora chinoise d’Asie du Sud-Est) et actuel adjoint au maire PS du 13e arrondissement, se rappelle des élections municipales de 2008. « Sur le terrain, je poussais les jeunes Asiatiques à aller voter ». D’après lui, « les familles asiatiques sont moins politisées ». « Je pense que le changement viendra avec la jeune génération ».

Le grand écart culturel
Les Asiatiques sont-ils aussi discrets que le veut la légende ? Pierre Picquart, sociologue spécialiste de la Chine, tient à souligner qu’un fossé culturel sépare les Asiatiques de leur terre d’adoption républicaine.

« En Chine, la démocratie n’est pas bien perçue par le peuple. On préfère un leader politique qui rassemble tout le monde, explique-t-il. La conception même du vivre-ensemble est différente. C’est plus rentable de faire des choses concrètes. La politique ne stimule pas ».

« Parler politique, c’était un sujet interdit à la maison », confirme Liêm Hoang Ngoc, premier député européen d’origine asiatique, élu en 2009 aux couleurs du Parti socialiste. Pour ses parents, émigrés vietnamiens, la politique était taboue. « Ils estimaient que la France n’était pas leur pays et ils pensaient que si je faisais de la politique, je serais envoyé en prison », confie-t-il.

Wei Ming ou Martin Shi, pour la version francisée, travaille dans une épicerie exotique de Belleville. Originaire du sud de la Chine, l’ancien co-responsable du Parti Radical du 20e arrondissement a lui aussi eu envie de s’engager. « Je n’ai jamais eu le droit de voter en Chine alors ici, c’est une chance pour moi. Ici on a le droit de s’exprimer », proclame-t-il fièrement. « Et les Asiatiques ont envie de s’intégrer à la vie politique ». Pour lui, la première barrière, c’est la langue qui les rend « invisibles ». Cet accent haché cliché, popularisé récemment par l’humoriste Frédéric Chau du Jamel Comedy Club.

Gueule d’asiat
En France, la communauté asiatique est estimée à environ un million de personnes par Pierre Picquart. (Nombre de Français d’origine asiatique, de naturalisés et de familles biculturelles). Les Asiatiques du Sud-Est ont émigré à la fin des années 70, fuyant les guerres civiles et le communisme, tandis que les Chinois sont arrivés dans les années 80 avec l’ouverture de leurs frontières.

Les nouveaux venus en politique font partie de la seconde génération qui atteint aujourd’hui 20, 30 ou 40 ans. Ils emboîtent le pas à leurs aînés des communautés maghrébines et africaines, dont la question de la représentativité s’est imposée dans le débat il y a une quinzaine d’années.

Le premier homme politique « visiblement asiatique » médiatisé est le sénateur Europe Écologie-Les Verts de l’Essonne, Jean-Vincent Placé. Plutôt paradoxal, dans la mesure où il n’est pas représentatif de la communauté asiatique étant né en Corée et adopté à l’âge de 7 ans. Sous les dorures du Sénat, il explique gêné : « C’est Alain Marleix qui a attiré l’attention sur mes origines en étant discourtois à mon égard ». Le secrétaire d’État UMP l’avait qualifié de « coréen national ». Choqué, Jean-Vincent Placé avait porté plainte. Celui que ses amis appellent « le Normand », ironise :

« Je me sens concerné dans la mesure où j’ai une face d’asiatique, mais je ne suis pas biculturel. Politiquement personne ne me perçoit comme asiatique et je ne veux pas instrumentaliser ça ».

Ce décalage d’image, Fleur Pellerin, conseillère numérique du candidat François Hollande pour les élections le connaît aussi. Elle a aussi été adoptée en Corée à un an. Avec sa coupe au carré impeccable, et son trench en skaï, Chenva Tieu la qualifie de « banane »: blanche dedans et jaune à l’extérieur. Fleur Pellerin parle d’une véritable « projection » de la communauté asiatique sur elle. « Je recevais des messages sur Facebook d’asiat’ qui me félicitaient car ils avaient l’impression que je les représentais », sourie-t-elle. « Je comprends leur fierté. Je trouve ça plutôt bien. » Au Club xxie siècle qu’elle dirige, elle est d’avantage sensible à « la diversité sociale » et réfute « l’approche communautariste ».

Les politiques ne jouent pas le jeu
Pour la communauté asiatique, l’effet miroir est loin d’être systématique. Avec son air déterminé, Cuong Pham Phu, est technicien dans une grande surface en Seine-et-Marne après un service dans la Légion Étrangère. Il a lancé le Cercle de réflexion sur l’avenir des Français d’origine asiatique dont la page Facebook compte 316 membres et tient un blog, où il raille ces « premiers arrivés » qui représentent l’« élite ». Celui qui met une énergie considérable à parler un français délié malgré un accent marqué n’a pas été élu aux cantonales de 2011. Il s’était présenté sur une liste indépendante après avoir quitté le PS, accusant les grands partis de réserver trop peu place aux minorités.

Martin Shi, le commerçant de Belleville, dresse lui aussi le même constat. Il a quitté le Parti Radical déplorant que les partis « ne donnent pas de places gagnables » à des candidats tels que lui. Le processus de cooptation est-il trop long ? Chenva Tieu s’était lui aussi plaint d’avoir été écarté des élections législatives de 2007 par l’UMP.

« L’égalité des chances ce n’est pas de la discrimination positive qui signifie qu’on réserve des places à la ligne d’arrivée. Nous, on réclame des places sur la ligne de départ », affirme-t-il avant de recommander à la communauté asiatique d’être « plus activiste ».

Il a crée le Conseil représentatif des associations asiatiques de France (CRAAF) en 2011. Une « force constituée » pour exprimer leurs revendications face à « l’État, aux médias et au capital ». Le Conseil national des asiatiques de France (CNAF), est aussi né l’année dernière. Ces deux institutions sans site web ne sont toujours pas actives. « Des problèmes de chef », lâche Chenva. C’est Buon Ton, l’adjoint au maire du 13ème qui a été élu président du CRAAF. De son côté, ce dernier promet la publication prochaine d’un livre blanc des demandes de la communauté asiatique aux différents candidats à la présidentielle.

2012, année asiatique ? L’affirmation de la communauté en politique reste encore marginale, mais des figures ont émergé au-delà de la simple représentation. « Il se passe quelque chose », sent Chenva Tieu. « On peut se révéler dans notre diversité. Les jeunes doivent mettre en valeur leur complexité ».


Éléonore Sok-Halkovich
Official Website: http://eleonoresok.com/
Twitter: https://twitter.com/EleonoreSok
もっと More

Ok Taecyeon 옥택연『Men's Health』

Posted on March 04, 2012 commentaires


Le beau Taecyeon des 2PM dans le『Men's Health』de mars 2012 ! Outre sa plastique, irréprochable, on remarquera sa coiffure, impeccable !

  

  

もっと More
上 TOP