EXID 이엑스아이디 「DDD」

Posted on November 06, 2017 commentaires

EXID 「DDD」【덜덜덜】- from『Full Moon』released on November 06, 2017.


もっと More

Elyssa Goodman 「Joel Kim Booster’s Tough Journey from Closeted Gay Kid to ‘Model Minority’」

Posted on October 21, 2017 commentaires

The writer and comedian’s quick rise to success only came when he learned to parse the thorniest questions – like what it means to be gay, Asian and raised by Evangelicals.

“Today I accidentally pulled my dick out a couple steps too soon before I made it to the urinal, and this other guy who works in the office with me full-on saw my penis and it was a horrible moment for both of us,” says comedian Joel Kim Booster. His dark black hair peeks out from the top of a backwards baseball cap, and he looks at me from behind dark eyes and chiseled cheekbones, wearing ripped jeans with a short-sleeve red flannel shirt. Sometimes there’s a guy who’s so excited to pee, he laughs, “he couldn’t even wait until he got to the urinal to do it” – and this time it was him.

It’s not unlike Booster to step outside of himself to see the comedy in everything; that’s how he turned comedy from a regular cathartic and creative outlet into a full-time career. “The way I process is finding that comedic angle,” Booster says. He’s spent his career to date processing what he calls his own “identity dysphoria,” being a Korean adoptee raised by a white evangelical Christian family who were initially challenged when he first came out as gay. His comedy ruminates on some of the thorniest curveballs of intersectional politics: What does it mean to be both gay and, once upon a time, evangelically Christian? To be Asian with a white family? To be Asian in the gay community? To be a gay comic in an industry that’s mostly straight? They’re questions he mines to relatable, hilarious effect, and will anchor his Comedy Central Stand-Up Presents special, airing tonight at midnight on the channel.


Comedy Central Stand-Up Presents: Joel Kim Booster 「Growing Up Homeschooled」 - posted on October 18, 2017.

“If you have a strong enough point of view or comedic voice, you’re able to just explain to someone that your parents didn’t talk to you for a year and a half. Everything is comedy and it’s just a matter of taking a step back and disassociating for a moment,” he says, whether it’s a big trauma or a tiny slice of total mortification that happens by accident, as it did at the urinal the day I met with him.

Booster started doing comedy in Chicago six and a half years ago. He moved to New York in 2014 and gave himself four years to make it or find something else to do. It took two. By June 2016, he had made his late-night standup debut on Conan, and by the end of that year he sold Birthright, a television show based on his experiences as a gay Korean adoptee raised by white evangelical Christian parents, to FOX. Though the series is no longer in development there, it has been picked up by a to-be-announced network.

His debut album,Model Minority, also comes out November 3. But there’s always the question of what’s next. “The goal was never fame,” Booster says. “I always wanted to just be a working comedian, but now that I’m a working comedian, I don’t really know what the next step is because saying ‘I want to be famous’ is so gross,” he laughs.

Booster was adopted from South Korea and raised in Plainfield, Illinois, a suburb of Chicago. Until his senior year of high school, he was homeschooled, an active participant in Christian youth groups who dreamed of one day becoming a youth pastor. Driven by a desire to do theatre, Booster asked his parents to send him to public school. Within a month, he was cast in the school play and came out to classmates but not his family. In truth, Booster had known he was gay from about age four – he jokes that he knew he was gay before he knew he was Asian – but had been trying to repress those urges, praying for God to change him. Ultimately he began to accept himself, but believed for a long time that he’d be going to hell.

When Booster was 17, his parents read his journal and found lists of male sexual conquests. It didn’t go well for either side. Tension became so high at home that he moved out – he wasn’t kicked out, but also wasn’t exactly asked to stay. He ended up sleeping on couches at different friends’ houses, ultimately ending up at the home of a girl from choir he didn’t know very well at the time. But they became best friends and he lived with her and her family for the rest of high school; her family even help put him through college.

Booster didn’t talk to his parents again until he was in college, but the time away was healing. He says their relationship is both “great” and “as good as it could be” now. While he’s been able to use stories from this time as fodder for his stand up, it wasn’t something he realized he could do until much later.

“I still remember where I was when I heard 「Tig Notaro: Live」, because it was the first time I had heard material that was so personal,” he said – material that “transcended tragedy, not maudlin mock storytelling of ‘there needs to be a lesson.’”

Booster moved to Chicago after college to be a writer and actor. As an actor, though, Booster tired of the roles he was offered – in one year, for example, he went in for “Chinese Food Delivery Boy” five times. The comedian Beth Stelling suggested he write his own material, and he hasn’t stopped since.

Booster says in college he began by writing predominantly about white heterosexual couples because he found it easier to do than to parse out the threads of his own identity. “Once I figured that out and I started to talk about myself more, stand up has really been a therapy in a way of that untangling process,” he says. But he processes with an intelligence, brashness, and distinctive comedic insight that are among the reasons for his continued success. As he said in his Conan set, “It was difficult for me growing up in [Plainfield] because I don’t meet a lot of cultural expectations of what an Asian person ‘should be’ in this country: I’m terrible at math, I don’t know karate, my dick is huge.”

This brand of personal yet absurdist humor has earned him praise not just from publications likeEsquire,Brooklyn Magazine, andPaper, but from fellow comedians. “When you see somebody who’s telling jokes that you didn’t think you were ever going to get to see onstage, when you see a part of yourself reflected that you didn’t know you wanted to see reflected, it’s magical,” says comedian Guy Branum, host of TruTV’s 「Talk Show the Game Show. “Joel is just... really honest and fiercely positive in a way that thrills me. It makes me so happy because that’s a guy who’s had a life... He is the fucking heroine of his own story.”

Now, Booster says, he feels like he’s achieved a certain stability in understanding his identity. He can change course and move in a different direction, one that’s “outrageously dumb,” as he puts it, but in a good way – more of that signature self-reflective Joel Kim absurdity, but as it pertains to worlds outside of himself, especially the magical and the mythological, a world where horses are 9/11 truthers and Elmira Gulch is the true feminist hero of 「The Wizard of Oz.

And as he begins to develop the next segment of his career, a greater fame continues to loom, whether he wants it or not. “Everybody a little bit wants to be famous. I’ll settle for working and making a living and having health insurance. I guess I want to be – this is said tongue firmly planted in my cheek – but I want to be a fucking legend,” he laughs. “I don’t want to just have my name said, I want it to be etched in fucking stone.”

Follow Elyssa Goodman on Twitter.




もっと More

Jérémy Patinier 「Témoignages : ils en ont marre des clichés sur les gays asiatiques」

Posted on October 19, 2017 commentaires
Tien

Sans chercher à faire une hiérarchie entre les discriminations, force est de constater que les clichés envers les garçons asiatiques sont les plus partagés... et acceptés. Ceux que nous avons rencontrés nous ont expliqué qu’ils se sentaient globalement « les plus mal aimés » de la communauté gay.

Entre les « NO ASIAT » sur les applis et la quasi inexistence de représentation culturelle et d’incarnation gay asiatique en France, difficile de se sentir vraiment « aimé », sauf par les garçons qui les fétichisent à outrance.

« On se permet des choses avec un garçon asiatique que l’on ne se permettrait pas avec un autre. Un jour dans une soirée quelqu’un a dit : “oh un Asiat, trop mignon” en parlant de moi », nous explique un garçon qui souhaite rester anonyme. Le racisme commence en traitant différemment une personne en fonction de son physique, son origine ou sa couleur de peau. Serait-il venu à l’esprit de la personne de dire « Oh un Noir, trop chou ? ». Pas si sûr. « D’un Asiatique, on pense qu’il n’y aura pas de répondant », ajoute-t-il. Car dans l’imaginaire collectif, l’Asiatique serait l’antithèse de la virilité. On les pense inoffensifs, imberbes, efféminés, passifs (au sens large), soumis, etc. Si certains le sont, et n’ont pas à être jugés pour cela, pourquoi généraliser ? Le sentiment d’exclusion vient de la récurrence de ces valeurs, qui plus est chargées d’un jugement très négatif. Ils ne sont bien sûr pas unanimement passifs ou soumis, inoffensifs, efféminés ou imberbes, mais nous collons notre vision de la masculinité et de la féminité, notre modèle de virilité, sur leurs physiques. Et cette différenciation apporte avec elle une hiérarchisation. Et la misogynie à l’œuvre vient les considérer comme globalement inférieurs.


MTV News 「The Weird History of Asian Sex Stereotypes | Decoded」 - posted on May 25, 2016.

Simon (ci-dessous), vit à Nantes avec son amoureux et ses chats. Il nous raconte son parcours avec les garçons :

Je viens de St Brieuc dans les tréfonds des Côtes d’Armor, être gay n’était pas facile. Ça a pris le dessus sur le fait qu’être asiat là-bas n’était pas forcément sympa tout les jours non plus... En arrivant sur Nantes, il y a 10 ans, je pensais naïvement que ça allait changer et que j’allais pouvoir redémarrer une nouvelle vie. On peut s’affirmer librement sans être dévisagé par la première personne croisée dans la rue... Mais je me suis vite rendu compte que le milieu gay, le vrai, celui qui te permet d’exister, n’était pas si sympa que sur le papier. Déjà pour les LGBT comme pour les autres, on pense que la Chine et le reste de l’Asie, c’est pareil. Donc forcément, si je suis asiatique : je parle chinois... ou japonais... C’EST PAREEEEEEIL ! Aujourd’hui, je suis en couple, mais avant, dès qu’un mec me plaisait un peu, je n’étais pas assez viril pour lui. On me disait : « Vous les Asiats vous avez des traits très féminins », « vous n’avez pas de poils » et « vous avez des petites bites ». Ces phrases, je les ai entendues des dizaines de fois ! Pire : « Je ne fais pas dans l’Asiat » ou « Désolé, mais Jackie Chan, c’est pas mon kiff »... La communauté gay semble principalement obnubilée par un stéréotype de mec « musclé et poilu ». On cantonne ceux qui n’y ressemblent pas à d’autres fantasmes. Parfois, au contraire, j’étais un fantasme de « bukkake », je devais « kiffer les chatouilles et les odeurs ». Ma vie, aux yeux de beaucoup de gens se résumait à la catégorie « asian » de pornhub. En plus je fais du drag donc je devenais souvent la katoï thaïlandaise (fille trans)... Ce qui est triste, c’est que j’entends encore les même vannes par des gays de 30 ans que celles des collégiens de 12 ans de St Brieuc...

Simon

« NO ASIAN »
Dans les descriptions des profils de rencontres, le « NO FAT, NO FEM, NO ASIAN » est une réalité. Mais Olivier pense que ces « critères excluants ne sont que la partie émergée de l’iceberg » :

C’est la manière d’exprimer un racisme sous couvert de préférences personnelles. Comme c’est un « goût » subjectif, ce n’est pas attaquable pour eux. Quand on discute un peu avec ces personnes-là, qui affichent des « pas de Noirs/Arabes/Asiats... », on tombe dans des généralités qui « justifient » ce refus racialisé. Parce qu’ils auraient eu une mauvaise expérience avec UN mec, ils décident de ne plus accepter d’en fréquenter d’autres. Ça paraîtrait totalement absurde de dire en France « j’ai eu une mauvaise expérience avec un Blanc, donc je ne les fréquente plus », mais dans le cas inverse, le discours est décomplexé.

Il est quand même assez frappant de voir qu’une communauté qui a été victime des préjugés, des fantasmes les plus grotesques sur son mode de vie, sa sociabilité, sa sexualité, reproduit exactement les mêmes mécanismes sur d’autres groupes discriminés. Et si on disait plutôt ce qu’on aime, et pas ce qu’on aime moins ? On peut être poli et respectueux, on est tous là pour la même chose.

Bien sûr, comme pour chaque groupe, ils ont leurs « admirateurs », qu’on appelle même les « rice queens ». Mais l’exclusivité est aussi un fétichisme, comme l’exclusion systématique. « En tant qu’individu on veut se sentir une personne, pas juste ‘un Asiat’ », nous expliquait le même jeune homme qui désire rester anonyme. La récurrence et la violence du rejet font que certains garçons d’origine asiatique vont intégrer cette discrimination : « Si on me jette en permanence, je vais aller vers que ceux qui aiment les Asiats même s’ils ne me plaisent pas. Je vais aussi m’installer dans le cliché par opportunité et par simplicité pour me proposer sur le marché de l’amour. Jusqu’où on intègre ces clichés et jusqu’où on les valide ? À force, est-ce qu’on ne se ferme pas nous-même à être ceci parce qu’on nous renvoie cette image ? Quand est-ce que l’on se permet d’être autre chose que ce à quoi on nous assigne ? », ajoutait-il.

Par exemple, il est assez notable de constater qu’en Europe il se développe une détestation des Asiatiques par les Asiatiques eux même. « Ce serait comme coucher avec un frère », se disent certains. Il est aussi rare de voir ceux que l’on appelle en Asie des « sticky rice queens » (deux Asiatiques ensemble). Comme s’ils étaient tous interchangeables. Souvent, eux-mêmes pensent qu’il faut « un viril » (même un Blanc « folle » sera éventuellement considéré comme tel) pour les compléter. « On est plus qu’un Asiatique pour certains, même plus un être doué de subtilité, qui a des désirs d’expérience ou des plaisirs variables selon celui qu’il a en face ».

Ce sont ces clichés intégrés qu’a appris à déconstruire Tien (ci-dessus), 26 ans, qui vit Paris. Il nous raconte :

J’ai été adopté par une famille française. À 22 ans, j’ai décidé sur un coup de tête de retourner en Asie, au Vietnam où je suis né ainsi qu’en Thaïlande où j’ai travaillé, et je me considère aussi bien Viet qu’un peu Thaï aujourd’hui. J’ai donc une expérience des deux milieux gays, ici et là-bas, et des Blancs d’ici et des Blancs de là-bas. À Paris, j’ai souvent eu l’impression qu’on m’écoutait un peu moins dans un groupe mixte, que je devais surjouer un peu celui qui parle fort. Au collège, j’étais efféminé ET gay, on m’appelait « la Chinoise ». Comme si tout les Asiatiques était Chinois. Asiatiques, Noirs ou Arabes, chaque « origine » vit une discrimination différente je crois. Nous, on est niés. Regardez, c’est comme à la télé : aucun asiatique, ou presque.

Bangkok est connue pour être une ville chaude, souvent les Blancs qui visitent l’Asie n’ont plus de limites. Plusieurs fois, certains m’ont touché le cul dans la rue gay, comme ça, à 21h. Ou on m’a caressé les cheveux d’une façon très condescendante, alors que ça ne se fait pas en Asie de toucher la tête. Parfois ils croient te parler gentiment mais ils te parlent comme à un chien. Le sentiment anti-blanc est en train de se développer là-bas... À force d’être aussi présomptueux...

Quand on me voit avec des amis blancs un peu plus vieux, on pense tout de suite que je suis une pute qui en veut à leur l’argent. Bah non... Je n’aime que les Asiats ! Je ne suis plus une « potato queen » (un Asiatique qui n’aiment que les Blancs, ndlr) depuis que je suis allé vivre en Asie. Et si vous vous demandez « comment on fait », et bien on n’est pas tous passifs ! Comme les Blancs en fait !

Les initiatives pour contrer les clichés fleurissent. Les hommes asiatiques sont représentés en objets du désir (en juillet dernier, les photographes Idris + Tony frappaient fort sur models.com avec 「Rise Of The Asian Male Supermodel」 ou le calendrier 「Haikus On Hotties」...) mais au-delà de l’érotisation, c’est également la culture queer asiatique qui nous arrive petit à petit et permet de changer nos regards sur les modèles que nous avons intégrés. La Semaine LGBT chinoise, organisée à Paris depuis 2015, tente aussi de remédier à cet océan de clichés.


Matt Antell 「It’s Asian Men」 Trailer - posted on November 14, 2016.

Peu de personnalités LGBT asiatiques émergent en France, à l’image du monde, où l’humoriste bisexuelle Margaret Cho, le comédien gay de 「Star Trek」, Georges Takei, l’activiste Dan Choi ou la drag queen Kim Chi sont les très peu nombreux représentants d’une diversité qui profite à tous.



もっと More

Adam Salandra 「Med Student Joey Kiho Kim Has The Cure For Your Insatiable Thirst」

Posted on September 21, 2017 commentaires
photo:

The doctor will see you now.

A trip to the doctor’s office is never fun, but we’d be begging for monthly physicals if Joey Kiho Kim was our MD.


The 6’2″ stunner is currently in medical school, and luckily for us, he’s using modeling gigs to help pay the bills. Although being a model isn’t his main goal in life, he’s hoping to use his opportunities for good.

“As much as this is a hobby and fun for me, I hope that I can have some positive impact on the way that Asian-American males are portrayed in the media and viewed by the world,” Kim wrote in a social media post.


His Instagram feed is a combination of professional photos and sexy selfies, and is guaranteed to make you feel better with just a few double taps.


Check out some highlights from his feed below, including some of our favorites from photographer Hard Cider NY. Then head here to see his full modeling portfolio.


Adam Salandra
Adam Salandra is a writer, performer and host in Los Angeles. When he's not covering the latest in pop culture, you can find him playing with his French Bulldog puppy or hovering over the table of food at any social gathering.
@adamsalandra

Author: Christopher Rudolph/Date: September 21, 2017/Source: http://www.newnownext.com/med-student-joey-kiho-kim-model/09/2017/

Joey Kiho Kim
Instagram: https://www.instagram.com/joeykihokim/


もっと More

HyunA 현아 「BABE」

Posted on August 29, 2017 commentaires

HyunA 「BABE」【베베】- from『Following』released on August 29, 2017.





もっと More
上 TOP